10 mois loin de toi, PARIS

31 décembre 2015. La démission. 15 janvier 2016. La signature du nouveau bail. 23 janvier 2016. L’emménagement. Deux fois plus grand, de la verdure, des oiseaux qui chantent et qu’on entend, pas de feux rouge à la fenêtre, pas de voitures à la fenêtre, plus de RER, plus de métro, plus de temps perdu, plus de on se marche dessus, plus de BZ trop petit avec le temps, plus d’armoire trop petite, plus de toilettes dans la salle de bain, plus de stress, plus de péage d’autoroute un weekend par mois voir plus, plus de billets SNCF à chaque anniversaire et Noël. Et tout le reste…

On a gagné 30m2 supplémentaires, des toilettes séparées, un double garage, de l’espace, de l’air, de l’assurance au volant (héhé – je dois encore apprendre à faire de véritables créneaux je l’avoue mais en Fiat 500 qui brille c’est plus facile), davantage de temps avec la famille et les amis, des vraies soirées d’été au bord de la piscine ou à profiter de la terrasse sans manger sa merguez avec les voitures qui attendent au feu rouge. Et pourtant, on habitait en banlieue. On avait les bords de Marne pour les après-midis à vélo ou les longues sorties running du dimanche matin. Mais pourtant, 7 ans c’était déjà beaucoup trop. C’est peut être des détails pour vous. Mais ça nous a fait un bien fou.

Après déjà 10 mois dans notre nouveau chez nous, ou plutôt ancien nouveau chez nous, près de Strasbourg, où nous avons grandit et où habitent nos deux familles, je crois qu’on peut dire que nous nous sommes enfin et seulement réadapté. Non pas que l’adaptation ait été difficile, c’est plutôt le contraire ! Hormis ma période lors de laquelle j’ai recherché du travail (et trouvé rapidement finalement grâce aux bonnes étoiles), une fois le rythme repris c’était devenu magique. Les soirées passées ici ressemblaient à des weekend parisiens. Les weekends ressemblaient à des vacances. On récupérait plus en une nuit ici qu’en un weekend complet en région parisienne. Aujourd’hui, tout ça nous semble maintenant normal. Une normalité qui nous faisait si bizarre au début de l’année tellement nous étions habitué à cette mauvaise routine parisienne. Celle qui rend tout ce qui vous énerve et vous fatigue normal. Et quotidien.

Jamais je ne cracherai sur ces années parisiennes. On en avait rêvé. On l’a fait. Veni, Vidi, Vici comme on dit 😉 On a grandit, on s’est amusé, on a découvert, et on a aussi beaucoup ri. Mais le besoin de partir loin des têtes tristes du lundi matin dans les transports et de nos têtes tristes à nous des dimanches soirs de fin de weekend en dehors de la capital se faisait ressentir depuis quelques temps déjà.

Au début du mois d’octobre, je suis revenue pour la première fois dans la capitale. C’était à la fois étrange et normal. J’avais en fait l’impression que je n’étais jamais partie. Comme si ces 10 derniers mois, j’avais été plongée dans un coma artificiel et que je revenais en pleine forme sans avoir perdu un seul repère. A part le fait d’avoir remplacé ma carte navigo par des tickets RATP, rien n’avait semblé bouger. Je retrouvai les copines, on allait aux mêmes endroits, Paris était tout aussi rapide, bruyant, fatiguant et beau à la fois. Le seul moment où j’ai senti que je n’habitais plus là, c’est lorsque j’ai traversé la place de la République. En janvier, la place était encore noire de monde qui se recueillait, de bougies, de dessins, photos et messages d’espoir sur la statue. Je l’ai retrouvé ensoleillé, blanche, propre, nettoyée de tout ce qui c’était passé à la fin de l’année … peu avant notre départ. ❤

Bref, je crois qu’on peut dire qu’on est bien ici, qu’on a fait le bon choix et que pour rien au monde je reviendrai vivre à Paris 🙂

Il parait que tous les parisiens rêvent au fond d’eux de quitter Paris…

A très vite,
Marine.

logomarinettte

Publicités

4 commentaires sur « 10 mois loin de toi, PARIS »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s