Semi-marathon de LYON : mon #CR

Après une pause de deux semaines sans course à pieds cet été (mais tout en continuant le RPM), après avoir mis en place le plan de préparation pour le semi-marathon de Lyon avec peu de temps dédié aux sorties longues et de nombreux fractionnés et après un nouveau RP sur une course bien plate de 10KM en 53 minutes (ouiiiiii 🎉) et un autre 10KM en 55 minutes avec des côtes à 12% (qui piquent !), c’était parti le week-end dernier direction #RUNINLYON et son semi-marathon avec peu de sorties longues au compteur !

La veille

Après un passage pour chercher des forces chez Coney Cookies , c’est sous nos parapluies et sous des trombes d’eau que nous sommes allés récupérer nos dossards au village Run in Lyon place Bellecour. Vous comprendrez vite que vue la pluie … nous n’avons pas profité longtemps du village une fois nos dossards et t-shirts en poche ! Le soir, et ça va finir par devenir un rituel je crois : pas de pâtes mais de l’eau pour l’hydratation et un gros bol de chirashi saumon-avocat !

Le jour-J

Réveil 6h30 pour un départ à 9h00 et une fermeture de sas vers 8h30 il me semble ! Petit déjeuner salé au programme : thé vert, petit pain complet aux graines, tranches d’emmental, jambon et une demie banane. J’arrive finalement dans mon sas où des toilettes sont disponibles (plutôt pratique!). La météo est parfaite, il fait encore frais au moment de prendre le départ mais les nuages s’en vont rapidement ! A ma grande surprise, nous prenons le départ avec les marathoniens et sommes donc mélangés dans le sas ! Nous allons les accompagner sur leur première partie du marathon 🙂 !

Dans mon sas de départ 🙂

Le départ est donné près de la place Bellecour et c’est parti pour 10km à longer la Saône, direction Collonges au-Mont-d’Or. Dès les premiers mètres, je trouve mes jambes lourdes « oula je pense qu’on a trop marché hier on aurait pas dû … » puis au tour de « ça va être difficile tu n’as pas fait assez de sorties longues pendant la prépa … » puis vient le « Wow on se calme on y va et on gère et stop aux pensées négatives ! « . Les premiers km passent à une vitesse folle, je profite du paysage, ça commence à grimper jusqu’au restaurant de Paul Bocuse. Comme à mon habitude, je fais en sorte de m’accrocher à des coureurs ayant mon allure, de visu. Sauf qu’à chaque fois, au bout de quelques foulées, je me rends compte que je vais plus vite qu’eux. Je dépasse, je dépasse. Je me fais doubler aussi. Comme souvent ! Mais j’ai vraiment l’impression de doubler plus qu’à mon habitude !

10ème km : 56 minutes à ma montre. Je suis contente, j’ai réussi à ne pas partir trop vite, à ne pas perdre trop d’énergie sur cette première partie et ses beaux faux plats quand même ! Je prends le virage direction le pont Paul Bocuse que je fixe depuis quelques km déjà ! Et c’est parti de l’autre côté pour retourner au centre de Lyon.

15ème km : mon psoas commence à tirer au niveau de ma hanche gauche. Et je pense aux étirements que m’a dit de faire mon osthéo et que j’ai un peu oublié … deux pastilles de Sporténine, je serre un peu les dents et ça finirait presque par passer !

17ème km : 1h38 ou 39 à ma montre ! Et la phrase intérieure « ma cocotte, tu ne vas pas mettre une demie-heure à courir les 4 derniers km ! le RP sera là, va le chercher ! » Entre le 16ème et le 18ème km, nous courrons dans le tunnel ou le « tube » de la Croix-Rousse. On me l’avait présenté comme le moment difficile de la course. Personne n’aime les tunnels : il y fait sombre, il y a moins d’air et j’avoue ne pas forcément en avoir un bon souvenir en repensant au marathon de Paris 😉 disons que ce n’est pas le meilleur moment. Breeef, une dernière gorgée d’eau, je jette ma bouteille et let’s go dans le tunnel. Le sol est lisse. Pas besoin de regarder où je mets mes pieds. Je me concentre donc sur mon allure, ma posture, et je double, je double, je double. J’ai adoré mes sensations à ce moment de la course !

L’arrivée : nous sortons du tunnel au 18ème km, directions le centre ville, la place Bellecour et la ligne d’arrivée ! Mon seul objectif : ne pas lâcher le rythme et accélérer doucement mais sûrement jusqu’à accélérer pour de bon une fois place Bellecour … en me demandant quand était cette fichue arche d’arrivée ! 2H03’38sec. Je n’en reviens toujours pas ! J’étais déjà tellement contente avec mes 2h14 à Marseille il y a six mois ! Et voilà que je gagne plus de 10 minutes sur la distance ! J’en ai les larmes aux yeux et la terrible envie au ventre de revivre les émotions de l’arrivée du marathon !

Ah oui et … j’ai couru avec mes Hoka du marathon ❤ (et oui je sais, je dois les mettre de côté !)

Pas le temps de se reposer après notre semi-marathon, il était temps d’allez supporter les copains sur le 10km … et d’aller boire un monaco 🙂

Tous finisher !!!

Et maintenant ? Mon coach me conseille de gagner en vitesse en participant à quelques courses de 5KM maintenant que j’ai acquis ma base d’allure calme à 10km/h ! Mes envies : le semi-marathon de Lisbonne le 11 mars, le semi-marathon du vignoble d’Alsace le 17 juin …puis surtout le marathon d’Amsterdam en octobre 2108 😀 J’ai si hâte de me relancer dans la préparation d’un marathon, de revivre les sensations du jour de la course … mais pour l’instant, place à un peu de repos, aux étirements de mon psoas et je verrai plus tard de quoi 2018 sera fait !

Et vous, vous avez couru à Run in Lyon ?

A très vite,
Marine.

logomarinettte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s